Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III

26 Jul

Quel est notre défaut dominant?

Publié par 1foicatholique  - Catégories :  #LA VERITE, #L'ESPERANCE, #LA FOI, #LA CHARITE

 

Sœur Marie du Sacré-Cœur Bernaud (1825-1903), Fondatrice de l'association de la Garde d’Honneur du Sacré-Cœur de Jésus, nous donne ses conseils  pour « identifier et lutter contre notre défaut dominant » afin de poursuivre notre travail de Sanctification :

« Depuis la chute d’Adam, la vie de l’homme est un combat continuel pour toute âme qui veut se refaire, se perfectionner et atteindre l’éternelle récompense. Dans cette stratégie spirituelle, il est nécessaire d’employer de multiples armes afin d’arriver à un triomphe complet et définitif. Or, l’une des plus efficaces est de combattre notre défaut dominant. Tous en effet, nous avons un côté faible, plus saillant que les autres et qui se dresse obstinément à l’encontre du travail de notre sanctification. C’est cela qu’on appelle le défaut dominant. Si la vertu qui domine en nous peut nous faire arriver à une haute perfection, le défaut dominant non combattu peut nous conduire à notre perte. Il est donc important de connaitre ce défaut dominant, de le combattre avec énergie.

Pour arriver à cette connaissance, il importe d’être franc avec soi-même et de se regarder en face, bien décidé à accepter la révélation, souvent peu flatteuse qui résultera de cette inspection intérieure. Rappelons-nous sur quel sujet ont habilement porté les reproches que nous adressaient nos parents dans notre petite enfance puis plus tard les avertissements de ceux qui nous entouraient, nous serons vite fixés sur notre côté faible. Toutefois, si nous hésitons encore à nommer le Goliath qui nous anime, consultons un Directeur spirituel, un ami sincère afin qu’ils nous éclairent.

Quel est notre défaut dominant ?
 

Et une fois notre défaut dominant identifié, déployons toutes nos énergies et moyens à le vaincre. En premier lieu, utilisons la prière car sans elle nous ne pouvons rien faire, avec cette arme puissante, nous devenons invincibles. Ensuite, plaçons ce combat sous la protection spéciale soit de la Sainte Vierge ou de Saint Joseph, ou de l’Ange gardien ou de quelque Saint. Dès le matin prévoyons par un rapide coup d’œil les occasions de la journée où nous risquons de succomber et armons-nous de bonne volonté pour ne pas faillir. Restons aux aguets et dès midi, faisons déjà un examen de conscience pour enregistrer nos victoires ou nos défaites. Poursuivons notre route jusqu’au soir et recommençons notre examen en demandant pardon au Bon Dieu pour nos chutes, et prions encore pour nous affermir dans nos résolutions.



C’est un travail de longue haleine qui durera peut-être des semaines, mois ou même années, mais lorsque l’ennemi capital sera terrassé, le reste deviendra facile. Ne nous décourageons donc pas, la bonne volonté avec le secours de la grâce, est toute puissante. Ainsi, dès cette vie, nous régnerons sur nous-mêmes, sur notre mauvaise nature vaincue et notre âme se nourrira délicieusement de cette manne cachée que Dieu donne aux victorieux. »


Sœur Marie du Sacré-Cœur Bernaud (1825-1903)

Commenter cet article

À propos

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III