Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III

16 Dec

La crèche de Noël : histoire et traditions

Publié par 1foicatholique  - Catégories :  #DEVOTIONS, #LA VERITE

Dans la religion chrétienne, la crèche de Noël est une mise en scène de la Nativité, c'est-à-dire de la naissance de Jésus telle qu’elle est racontée dans les évangiles.

Le mot "crèche" désigne, à l'origine, une mangeoire pour animaux (cripia en latin). Selon l'évangile de Luc, Marie aurait déposé l'enfant Jésus dans la crèche de la grotte aménagée en étable (comme il en existait alors beaucoup en Palestine), où Joseph et elle avaient trouvé refuge, à Bethléem. Par extension, le mot crèche désigne le site tout entier.

La crèche de Noël : histoire et traditions

Dès le IIIe siècle, les chrétiens ont vénéré une crèche dans une grotte de Bethléem, supposée être le véritable lieu de naissance de Jésus.

A partir du VIe siècle, des écrits anciens rapportent qu’une célébration de Noël est célébrée en l’église Sainte Marie Majeure à Rome, pendant la nuit du 25 décembre, autour des reliques de la crèche qui ont été rapportées de Bethléem. En fêtant la naissance du Christ le 25 décembre, les chrétiens ne célèbrent pas une date reconnue exacte du point de vue historique, ils célèbrent une réalité importante pour l’Église chrétienne : la manifestation du Christ sauveur sur la terre : « Dieu s’est fait homme en Jésus Christ et s’est abaissé jusqu’à nous ».

La crèche de Noël : histoire et traditions

C’est François d’Assise qui a créé en 1223 une des premières crèches vivantes, dans son église de Greccio, en Italie. Les personnages étaient joués par les gens du village et les animaux étaient réels. Cette « crèche vivante » a donné naissance à une tradition qui s’est perpétuée, mais les « acteurs » ont été très largement remplacés par des personnages en bois, en cire, en carton pâte, en faïence et même en verre. Les crèches ressemblant à ce que nous connaissons font leur apparition dans les églises au XVIe siècle. Les jésuites en réalisent notamment à Prague en 1562, qui figurent parmi les plus anciennes connues.

En France, pendant la révolution, les représentations publiques étant interdites, ce qui favorise le développement des crèches familiales dans les maisons.

Les figurines représentent tous les petits métiers traditionnels. Les habitants du villages ainsi représentés apportent le fruit de leur labeur à l'Enfant Jésus. Ces figurines sont venus enrichir le décorum de la crèche traditionnelle. En Provence, la crèche Durant les fêtes de Noël, la pastorale provençale est une pièce jouée et parlée. Elle raconte l'histoire de la nuit de noël. La plus célèbre signée par Antoine Maurel en 1844 fut écrite en provençal.

La crèche de Noël : histoire et traditions

De nos jours, la tradition des crèches s'est répandue dans le monde entier, jusqu’en Asie, en Afrique et en Amérique Latine…

Il est d'usage d'installer la crèche de Noël soit le premier dimanche de l'Avent, soit pour la Saint Nicolas (le 6 décembre), le dernier dimanche avant Noël.

La tradition chrétienne veut que la crèche reste dans les maisons jusqu'au 2 février, date de la présentation de Jésus au Temple.

La coutume veut aussi que l’on dépose l’enfant Jésus dans la crèche dans la nuit du 24 au 25 décembre, après les douze coups de minuit.

Il est fréquent de placer une étoile au sommet de la crèche en référence à l’étoile qui a guidé les Rois mages jusqu’à l’Enfant Jésus. Certaines personnes placent les Rois mages dans la crèche le jour de l'Epiphanie (le 6 janvier) et d’autres les approchent chaque jour un peu plus de la crèche.

On place généralement l'enfant Jésus au centre de la scène, encadré par Marie et Joseph. Ils sont accompagnés d'un âne, ayant transporté Marie enceinte et d'un bœuf qui, selon la tradition, aurait réchauffé le nouveau-né de son souffle. On place également autour de la crèche des bergers avec leurs agneaux, puisque c'est à eux que la nouvelle de la naissance du Christ aurait été annoncée en premier.

Commenter cet article

À propos

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III