Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III

17 Jun

Notre sanctification

Publié par 1foicatholique  - Catégories :  #LA VERITE, #LA FOI, #LA MISERICORDE DE DIEU

 L’œuvre de notre sanctification dépend essentiellement de la manière dont nous nous acquittons des devoirs ordinaires de notre état. Il y a bien peu de jours dans la vie où il se rencontre des choses extraordinaires, de grandes œuvres, de grands sacrifices à accomplir. Cela peut arriver cependant ; mais les actions ordinaires de chaque jour, ce qui remplit nos heures, voilà véritablement pour nous la matière et l’exercice de la vertu. C’est ce qu’il ne faudrait pas oublier pour savoir rester sagement où l’on est, pour bien faire ce que l’on fait, pour tâcher d’accepter chaque journée comme un don de Dieu.

 

 Il y a dans chacune de nos journées un instant, un premier instant du jour, où nous renaissons à la vie : c’est celui du réveil. A ce moment Dieu nous rend à nous-mêmes, à nos devoirs, à nos peines souvent, mais aussi à lui et à notre vocation en ce monde. (...)

 Que faut-il donc faire, en s’éveillant, pour ne pas rêver encore et rêver longtemps ? Ce qu’il faut, c’est prendre l’habitude, aussitôt qu’on pense, aussitôt qu’on a la connaissance de la vie qui est rendue, de se recueillir un moment en silence, pour s’offrir à Dieu, se donner à Dieu, lui donner ce cœur, cette pensée, qui lui appartiennent. Cette pensée, c’est lui qui la donne; ce cœur, c’est lui qui le fait battre; cette heure, ce jour, c’est lui qui les accorde. Eh bien, là se représente dans toute sa vérité, dans toute sa force, le devoir de chercher le Seigneur, de tendre à lui, de lui rendre ce qui lui est dû.

 

Quoi que vous ayez fait hier, quels que soient les embarras, les peines, les difficultés qui se présentent aujourd’hui, ils doivent attendre, ils auront leur moment, leur heure. L’heure présente, le moment présent, appartiennent à Dieu seul. C’est pour cela que dans l’Écriture il est parlé du sacrifice du matin. Voyez : toute la nature s’éveille avec vous et s’offre à son Créateur dans son langage; il faut que votre âme fasse de même :

Mon Dieu, prenez-moi ! je suis à vous !

Seigneur, me voici pour accomplir votre volonté !


     J’ajouterai ceci : Vous avez une Mère qui règne au ciel. Que son nom soit un des premiers qui se retrouvent sur vos lèvres :

 

Ô Marie, conçue sans péché !

priez pour moi, gardez-moi sous votre protection tutélaire !

Je vous appartiens, gardez-moi toujours.

 

Prenez garde ! prenez bien garde ! Que votre journée commence chrétiennement.


R. P. de Ravignan.​​​​​​​

 

 

 

 

 

Commenter cet article

À propos

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III