Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III

29 Apr

La chose la plus importante de toutes pour chacun de nous, c'est que nous sauvions notre âme.

Publié par 1foicatholique  - Catégories :  #LA VERITE, #L' EGLISE CATHOLIQUE, #LA FOI, #CATECHISME

La chose la plus importante de toutes pour chacun de nous, c'est que nous sauvions notre âme. Nous voudrions bien ne jamais mourir, mais nous mourrons. Nous mourrons, et nul ne peut nous dire si ce sera dans dix ans ou dans vingt ans, ou si ce sera demain ou même aujourd'hui. La seule chose certaine et dont personne de nous ne doute, c'est qu'un jour viendra où chacun de nous passera du temps à l'éternité.


Qu'adviendra-t-il alors de nous ? Serons-nous éternellement heureux ou serons-nous éternellement malheureux?


     Devant cette question, toutes les autres préoccupations pâlissent ou s'effacent. La réponse dépend de nous. Notre avenir éternel est entre nos mains.
     Jésus-Christ nous en a prévenus : « L'heure sonnera où la voix du Fils de Dieu réveillera tous ceux qui dorment dans nos champs de sépulture. Et les morts se lèveront. Ceux qui auront bien vécu, ressusciteront pour une vie glorieuse, mais ceux qui auront mal vécu, ressusciteront pour leur éternel châtiment. » Jn. V, 28-29.


     C'est donc bien le moins que nous nous demandions les vérités à connaître sur notre destin éternel ; ce que nous avons à faire pour sauver notre âme et quels sont nos moyens de salut.

 

 

 

 

Que devons-nous croire pour nous sauver ?


     Nous devons croire toutes les vérités qu'il a plu à Dieu de nous révéler, c'est-à-dire qu'Il a fait connaître au monde par le double moyen de l'Écriture Sainte et de la Tradition, et qu'Il a chargé l'Église catholique romaine de proposer à notre foi.


     L'Écriture Sainte exprime la parole de Dieu, telle qu'elle a été inspirée par le Saint-Esprit aux auteurs des Livres Saints. Ces livres, selon qu'ils datent d'avant ou d'après Jésus-Christ, s'appellent les Écritures de l'Ancien ou du Nouveau Testament.


     Outre les divines Écritures, la Révélation comprend la Tradition. Ce mot signifie transmission, parole transmise. La Tradition est la partie de la parole de Dieu qui, enseignée d'abord de vive voix par Notre Seigneur Jésus-Christ et par ses Apôtres, est transmise ensuite, dans le sein de l'Église catholique, aux générations chrétiennes qui se succéderont jusqu'à la fin des siècles.


     Il n'appartient pas aux simples fidèles de décider individuellement ou collectivement quelles sont les vérités révélées par Dieu et quel est le sens de la parole divine : comme nous le voyons dans le protestantisme, une telle situation engendre l'anarchie la plus complète en matière de religion.
     Jésus-Christ a voulu, par une providence particulière, veiller à la conservation et à l'interprétation du dépôt de la foi tel que renferment l'Écriture Sainte et la Tradition, et à cet effet, Il a institué une société publique, l'Église, investie de la mission de garder et d'enseigner sans erreur la parole révélée. Les évêques, successeurs des Apôtres, ayant à leur tête le Pape, successeur de Pierre, le Prince des Apôtres, forment le corps enseignant de cette société ; et les fidèles, incorporés à l'Église par le baptême, doivent reconnaître l'autorité de cette hiérarchie comme ils reconnaissent l'autorité du Christ Lui-même ( « qui vous accueille m'accueille, et qui m'accueille, accueille celui qui m'a envoyé... » )


     Grâce à cette Providence particulière que Dieu promit à son Église, la doctrine révélée est une, la même partout, depuis les temps apostoliques, elle est le fondement de la sainteté dans la société chrétienne.
     Parcourez le monde, et à l'unité de l'Église romaine, à sa catholicité, à son apostolicité, à sa sainteté, nous reconnaîtrons, aujourd'hui comme toujours, que c'est elle qui est la véritable Église fondée par Notre Seigneur Jésus-Christ, et nous ne pourrons de bonne foi la confondre avec les innombrables sectes que l'hérésie et le schisme ont séparées du tronc primitif de la société chrétienne.
     Seule l'existence vingt fois séculaire de l'Église, malgré les persécutions sanglantes ou astucieuses qu'elle a subies, malgré les hérésies et les schismes qui l'ont déchirée, malgré les souillures de ses enfants et parfois les défaillances de ses chefs, suffirait à prouver la dignité de son origine. Les générations passent ; les institutions vieillissent et se transforment ; les partis se désagrègent ; les sectes s'émiettent ; les cités, les royaumes, les empires s'effondrent ; les dynasties s'éteignent ; les peuples et les races se fusionnent ou disparaissent : seule l'Église Catholique Romaine, la Barque de Pierre, traverse triomphalement la tempête des siècles, toujours identique à elle-même.

 

CODE ABRÉGÉ DE LA VIE CHRÉTIENNE.

par  S. E. le cardinal Mercier

 

Commenter cet article

À propos

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III