Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III

28 Mar

Les péchés et leurs espèces principales.

Publié par 1foicatholique  - Catégories :  #CATECHISME, #LA VERITE, #L' EGLISE CATHOLIQUE

Il y a deux sortes de péchés:

le péché originel et le péché actuel. Le péché originel est celui avec lequel nous naissons tous et que nous avons contracté par la désobéissance de notre premier père Adam. Les torts causés par le péché d’Adam sont: la privation de la grâce, la perte du paradis, l’ignorance, l’inclination au mal, la mort et toutes les autres misères. Le péché originel est effacé par le saint Baptême.

 

 

Le péché actuel est celui que l’homme, arrivé à l’usage de la raison, commet par sa libre volonté. Il y a deux sortes de péché actuel: le péché mortel et le péché véniel.

 

Le péché mortel est une désobéissance à la loi divine par laquelle on manque gravement à ses devoirs envers Dieu, envers le prochain et envers soi-même. On l’appelle mortel parce qu’il donne la mort à l’âme en lui faisant perdre la grâce sanctifiante qui est la vie de l’âme, comme l’âme est la vie du corps.


Le péché mortel:


• prive l’âme de la grâce et de l’amitié de Dieu;


• lui fait perdre le paradis;


• la prive des mérites acquis et la rend incapable d’en acquérir de nouveaux;


• la rend esclave du démon;


• lui fait mériter l’enfer et aussi les châtiments de cette vie.


Outre la gravité de la matière, pour constituer un péché mortel,

il faut la connaissance de commettre le péché.


Le péché véniel est une désobéissance légère à la loi divine par laquelle on ne manque que légèrement à quelque devoir envers Dieu, envers le prochain, et envers soi-même.Comparé au péché mortel, il ne nous fait pas perdre la grâce divine et Dieu le pardonne facilement. Cependant, le péché véniel contient toujours une certaine offense de Dieu, et peut causer des torts assez graves à l’âme.


Le péché véniel:


• affaiblit et refroidit en nous la charité;


• nous dispose au péché mortel;


• nous rend dignes de grandes peines temporelles en ce monde ou en l’autre.

 

Commenter cet article

À propos

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III