Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III

06 Apr

Il y a dans le monde beaucoup de souffrances et de maux. Comment un Dieu infiniment bon le permet-il?

Publié par 1foicatholique  - Catégories :  #LA VERITE, #LA MISERICORDE DE DIEU

Il y a dans le monde beaucoup de souffrances et de maux. Comment un Dieu infiniment bon le permet-il?

Il n’y a pas un trait du message chrétien qui ne soit, pour une part, une réponse à la question du mal. Dieu nous a créés pour être heureux et il nous a élevés à l’état surnaturel dans le dessein de nous rendre à jamais participants de sa Béatitude infinie. Mais l’accomplissement de ce dessein d’amour du Créateur suppose chez l’homme la liberté; c’est librement que nous devons aimer Dieu, avec le secours indispensable de sa grâce.

 

Or, nos premiers parents, Adam et Ève, abusant de leur liberté, ont désobéi à Dieu, à l’instigation du diable (cf. Livre de la Genèse, 3). Ils ont voulu être comme Dieu, mais sans Dieu et non pas selon Dieu; c’est le péché originel, premier péché, transmis à tous les hommes par voie de génération, qui a entraîné des conséquences tragiques: la perte de l’état de sainteté et de la justice originelle, l’ignorance, la concupiscence; le péché a désormais régné dans le monde, et avec lui ses conséquences: la souffrance, la mort, tous les maux qui existent dans le monde.

 

Dieu, dans sa Sagesse et sa Bonté infinies a permis cela, et, dans un dessein de miséricorde, a voulu, par l’Incarnation et la mort rédemptrice de son Fils, racheter tous les hommes et offrir à tous ceux qui le voudraient le bonheur éternel: le Ciel. La Rédemption accomplie par Jésus-Christ ne supprime pas la souffrance ni le mal, mais transfigure les épreuves en donnant aux hommes les grâces nécessaires pour les surmonter, et pour remporter ainsi une victoire éclatante et définitive sur le démon. Les difficultés que nous avons à vaincre augmentent nos mérites et donc notre gloire future dans le Ciel. De ces maux, Notre-Seigneur sait tirer un plus grand bien: Tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu, affirme saint Paul (Rm 8, 28).

«Car le Dieu Tout-puissant... puisqu’Il est souverainement bon, ne laisserait jamais un mal quelconque exister dans ses œuvres, s’il n’était assez puissant et bon pour faire sortir le bien du mal» (Saint Augustin, Enchiridion, 11, 3).

Commenter cet article

À propos

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III