Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III

10 Feb

Entrée dans le Temps du Carême

Publié par 1foicatholique  - Catégories :  #L' EGLISE CATHOLIQUE, #LA MISERICORDE DE DIEU

Entrée dans le Temps du Carême

En faisant commencer le Temps du Carême par "le mercredi des cendres", la Liturgie de l'Église nous rappelle que nous ne sommes "rien" si nous n'acceptons pas la présence de Dieu dans nos vies, si nous refusons Sa grâce et si nous préférons les choses périssables du monde aux valeurs impérissables que Son Divin Fils nous propose. La cendre, obtenue en brûlant les rameaux bénis au Dimanche des Rameaux de l'année précédente, est l'image du péché et de la fragilité de l'homme, de ce qui reste du corps après que s'y soit éteint le souffle de la vie :

« Memento, homo, quia pulvis es, et in pulverem reverteris » ;

« Homme souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière »

(Genèse 3, 19).

Si l'Église a établi le jeûne et l'abstinence du Carême , c'est pour honorer et imiter Jésus-Christ dans le désert qui a réussi à vaincre toutes les tentations du démon. A son exemple parfait, nous devons rentrer en nous-mêmes pour mieux comprendre le caractère transitoire des choses terrestres, mais aussi, rejeter toutes les tentations démoniaques qui y règnent .

Le jeûne est une pratique très ancienne chez les chrétiens (et déjà sous le régime de l’Ancienne Loi). On peut le définir comme étant « une privation volontaire dans la nourriture, soit sur la quantité soit sur la qualité ».

C’est un acte de la vertu de tempérance (l’une des quatre vertus cardinales), dont saint Thomas nous donne 3 motifs pour le pratiquer :

  • il nous aide à réprimer la concupiscence de la chair
  • il nous aide à libérer notre esprit des œuvres terrestres pour nous livrer à la contemplation des vérités éternelles
  • il est un moyen de satisfaire pour nos péchés

Le jeûne regarde d’abord notre vie spirituelle et notre intimité avec le bon Dieu. Il nous permet ainsi de nous purifier, nous laissant plus libre d’aller vers Celui qui est source de toute sainteté. On comprend dès lors qu’il doive s’accompagner d’une certaine modestie et humilité : Si le jeûne devait être pour nous une occasion d’autosatisfaction et d’orgueil (et la tentation est souvent là !), il manquerait finalement son objectif et serait donc vain !

Actuellement, l’Église ne nous ordonne de jeûner deux fois l’an, ce qui, reconnaissons le, est fort peu ! Le mercredi des cendres et le vendredi saint. Le droit précise que " sont liés par la loi du jeûne tous les fidèles majeurs (à partir de 18 ans) jusqu’à la soixantième année commencée."

Concrètement, les jours de jeûne, il est permis de faire un repas dans la journée, en ayant soin de garder une certaine sobriété. Un petit déjeuner frugal et une collation (soupe...)

Pendant ces 40 jours, prenons donc des moyens radicaux (mortification, pénitence, sacrifice, aumônes, etc.) en vue de détruire le péché qui infecte bien souvent notre pauvre vie. Il ne s'agit pas de faire des choses "extraordinaires" mais simplement de prendre au sérieux notre vie en ayant toujours plus conscience que nos actions ici-bas jugeront notre sort éternel (Enfer ou Paradis). Sans ce combat spirituel contre le démon, le monde et nous-mêmes, il nous sera difficile de ressusciter avec Lui au matin de Pâques.

Commenter cet article

À propos

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III