Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III

03 Nov

Les souffrances du purgatoire : la peine du dam

Publié par 1foicatholique  - Catégories :  #LE PURGATOIRE

Les souffrances du purgatoire : la peine du dam

La principale peine du purgatoire n’est pas celle du feu, si terrible soit – elle. Une peine plus grande est celle que les théologiens appellent la peine du dam. En ce monde, nous ne comprenons pas l’intensité de ce supplice de privation de Dieu parce – que nous ne le voyons pas directement, nous ne l’aimons pas de tout notre cœur, nous ne pensons pas souvent à Lui.

Mais les âmes du purgatoire ont entrevu Dieu au jour du Jugement, et « un grand spectacle, selon l’expression de St Ambroise, s’est offert à leurs regards. » Dieu s’est découvert à elles avec toutes ses perfections adorables. Il a imprimé si vivement son image dans leur esprit, il les a tellement investies de l’éclat de Sa Majesté Infinie, qu’elles pensent continuellement à Lui et L’aiment d’un amour pur et sans mélange. Cet amour insatiable, cette privation, cette faim, cette soif de Dieu les accablent et les torturent. Elles sont sans cesse mourantes sans mourir, expirantes sans expirer, et l’Eglise appelle avec raison cet état, une mort : « Seigneur, dit-elle, délivrez-les de la mort ».


Pour vous faire une idée de ce supplice, supposez un homme qui se meurt faute d’air. Voyez quelle oppression, quels efforts il fait pour respirer ! Comme sa poitrine se soulève, se gonfle ! C’est une lutte affreuse entre la vie et la mort. Mais qu’est-ce qu’un peu d’air en comparaison de Dieu ? Qu’est – ce – que mourir à tout moment, privé de Dieu, qui est la respiration de l’âme ? Quelle faim vivante, quelle douloureuse agonie !
Oh, Seigneur, délivrez les de cette mort perpétuelle, montrez leur votre face adorable. O Père qui êtes aux Cieux, attirez près de vous vos enfants exilés !

Commenter cet article

À propos

C'est approuver l'erreur que de ne pas y résister; c'est étouffer la vérité que de ne pas la défendre Félix III